BERGERES ET AUTONOMIE ECONOMIQUE

© Tagayt
© Tagayt

L’élevage occupe la deuxième place dans l’économie du Niger après l’agriculture. Il procure des revenus non négligeables à de nombreuses familles nigériennes grâce à la vente du bétail et des produits dérivés qui sont le lait, les fromages, les cuirs et les peaux. Parmi les huit régions du pays, celle d’Agadez, constitue la zone pastorale par excellence.

Compte tenu des intempéries et des évènements géopolitiques qui ont affecté et ont fondamentalement perturbé les activités socioéconomiques des éleveurs, nous soutenons le projet de reconstitution du cheptel pour des femmes sans revenus qui ont l’expérience de l’élevage de petits ruminants.

 

Huit villages périphériques de la ville de Tchirozérine souhaitent s’impliquer  dans ce projet.

 

Sur un total de 540 ménages, 280 sont vulnérables dont 75 femmes définies éligibles par l’association ACP TAGAYT et les chefferies.

 

Les services déconcentrés de l’Etat et les acteurs locaux sont impliqués dans ce projet dont les retombées sont au bénéfice général de la population.

 

Les objectifs sont économiques mais surtout de développement des capacités organisationnelles et techniques des femmes.

 

Le projet doit se réaliser sur 2 ans avec la constitution d’un comité de gestion, l’achat et la distribution de 150 caprins (129 chèvres et 21 boucs), le suivi vétérinaire et l’évaluation continue et ponctuelle pour arriver à une autogestion et une pérennisation de l’action.

 

Le budget prévisionnel total est de 12 110€ (cout direct éligible 10 778€).